http://knowitall.ch/index.php?option=com_jevents&task=icalrepeat.detail&evid=11086&Itemid=74&year=2013&month=7&day=6&uid=6c14656c4a42e74c07829013b9b18371&title=ackermans-country-music



Sally fait du tricot, elle habille les arbres les poteaux etc....Regarde ces liens ..





http://blogs.dallasobserver.com/mixmaster/2012/01/yarn_bombing.php

http://oakcliff.advocatemag.com/2012/01/dallas-to-film-in-bishop-arts-thursday-morning/



http://www.oakcliffpeople.com/2012/02/16/university-park-man-draws-inspiration-from-bad/


http://www.facebook.com/#!/pages/K-Witta/205096609512546

 

 

 

Sally Ackerman
Advertising Consultant
Advocate Magazines
 
P:  214.560.4202
F:  214.635.3232
 
 
sent from my Iphone

Begin forwarded message:
From: SJ Ackerman<sackerman@advocatemag.com>
Date: September 22, 2009 2:11:17 PM CDT
To: Ackermanbs@sbcglobal.net, sackerman@advocatemag.com
Subject: Flyers raise more ethical questions at Dallas constable (Video on www.wfaa.com)

 

September 22, 2009
SJ Ackerman says,
If you like this video please return to http://www.wfaa.com/video/
to see more!

 

 

 

La drôle d’histoire d’un couple texan qui aime le Léman et le vin blanc

 

ARZIER - Chaque été, Bob et Sally Ackerman sillonnent la Romandie, leur guitare à la main..

  (Journal 24 heures .Mercredi 21 Juillet)

Photo: George Meyrat

Elvis Presley chantait Viva Las Vegas , eux, ils chantent Viva Lac Léman. A priori, c’est logique de vanter les charmes de la Suisse quand on s’appelle Ackerman, sauf que ces Akerman-là ne font pas dans la vente par correspondance mais dans la country. Et, surtout, ils viennent tout droit de Dallas.

Il suffit d’ailleurs de regarder Sally et Bob pour comprendre. Elle avec ses éperons sur ses bottes et lui, son stetson sur la tête. Et comme ils font l’effort de parler français, leur accent ne fait que confirmer leur origine.

Ce n’est pas pour imiter leur compatriote texan Lance Armstrong que ce duo de professionnels sillonne les routes européennes chaque été. C’est simplement qu’ils s’y trouvent bien et que les concerts qu’ils donnent plaisent. Et le seul dopant qu’ils s’accordent, c’est le vin blanc. «Les paysages sont magnifiques, la température est tellement agréable et, surtout, les gens sont si accueillants ici», avoue Sally.

C’est d’ailleurs grâce à un très accueillant habitant d’Arzier que The Ackermans reviennent chaque année en terres vaudoises. Claude «Nounours» Rossier, sympathique membre du Moustach’Club de Nyon, les a rencontrés en 2002 à Bernex lors d’une concentration de voitures américaines. Fan de country, «Nounours» y exposait une Studebaker de 1952 avec, dans le coffre, une glacière remplie de fromage et de… vin blanc. Il n’en fallait pas plus pour nouer contact.

Depuis, «Nounours» est leur impresario estival. Il leur organise bénévolement une série de concerts dont certains sont devenus des rendez-vous. Vendredi, ils étaient au restaurant La Maison-de-Ville à Saint-Cergue. «Ça fait une année que je vous attends», leur déclarait un grand-papa dans un anglais approximatif.

En 2005, Claude Rossier est allé à Dallas. «Ils jouaient pour une réunion politique devant 3000 personnes», se souvient-il. A la fin du meeting ils invitent leurs amis suisses à rencontrer un des orateurs. «Ils m’ont dit que ce type avait de l’avenir. » Et «Nounours» se retrouve en photo avec… Barack Obama.

Car Sally et Bob sont démocrates. Plutôt rare dans l’univers country du Texas. «Nous n’étions pas militants. Mais la politique de Bush nous a incités à devenir actifs», admet Bob. Depuis l’élection d’Obama, leurs chansons contestataires parlent désormais d’espoir et… de lac Léman.

MICHEL JOTTERAND

     

   

 

 

 

 




Créer un site
Créer un site